Premières coutures

Le titre est un peu mensonger, car ces projets ne sont pas les tout premiers en couture.
Il y a quelques mois, une amie m’a fortement motivée à me lancer dans la couture et m’a enseigné les rudiments. Avec elle, j’ai réajusté des rideaux, et j’en ai fait d’autres de A à Z.
Un peu plus tard, j’ai fait un coussin avec ma grand-mère. Elle m’a tout de suite appris à coudre les fermetures éclair ! C’était un chouette projet mais je n’ai plus retouché à ma machine depuis et j’avais un peu tout oublié.

Mon amie m’avait plusieurs fois parlé des cours de couture incroyables qu’elle avait pris avec Vanessa, à la boutique Wonderland de Bruxelles.

C’était toutefois un petit budget et j’ai attendu l’occasion de Noël pour me les faire offrir : 2 cours de 3h pour apprendre les bases et faire deux projets que voici : un coussin et un sac.

Les cours de Vanessa sont en effet très clairs, précis, et captivants.

img_7950

Pour le premier cours (le coussin), j’ai réappris la base. Droit fil. Epinglage du tissu sur le patron, découpe. Repassage. Couture droite, ourlets. Couture sur relief.

Pour ce premier projet. J’ai choisi un tissu fin, donc plus souple.

J’ai malheureusement oublié de vérifier les références des 2 tissus choisis à ces cours, désolée !

img_7954Au 2e cours (le sac), on a dû se rappeler la première leçon et refaire l’épinglage et la découpe. Vanessa nous a expliqué les premières coutures à faire.

Puis nous avons appris à surjeter. Je l’avais déjà fait avec ma grand-mère, et j’adore faire ça ! Peut-être mon obsession avec la perfection. Le travail est tout de suite tellement plus propre une fois surjeté !

Nous avons appris à faire les anses, et des coutures visibles bien propres.
Pas d’autres nouveautés avec ce sac.

Pour ce projet, j’ai craqué pour un tissu magnifique avec lequel Vanessa a fait une robe de soirée incroyable qu’elle expose dans sa boutique ! Le tissu est plus cher, mais vraiment beau.

Sitôt rentrée de ma leçon, et pour ne pas tout oublier, j’ai appris à mon compagnon à coudre le sac. Et j’espère maintenant ne plus quitter la machine trop longtemps !

Camille

img_7959

Un « bricolage » pour ma Maman !

Ma Maman garde mon toutou, la journée, quand je suis au boulot. Et… Perdita – pas très original, c’est une dalmatienne – lui a déjà dévoré 3 étuis à lunettes !!

Je voulais en trouver un chouette pour me faire pardonner, mais je n’ai rien trouvé qui me plaisait !

Alors, j’ai décidé d’en coudre un avec les moyens du bord !!

Etui_lunettes 1

Etui_lunettes 3

Je me suis inspirée du modèle que j’ai trouvé via Pinterest sur le blog de B Pomponette.

J’ai utilisé du tissu en coton acheté chez Petit Pan, Tampopo blanc, et pour l’intérieur et la fermeture, de la feutrine verte achetée chez Veritas.

Etui_lunettes 10

Etui_lunettes 12

Etui_lunettes 11

Et bien sûr, j’ai ajouté ma petite touche finale… indispensable pour la fête des Mamans !!

Etui_lunettes 13

Bonne fête, Maman ! Et Merci à David de m’avoir autant aidée à réaliser ce bel étui à lunettes !!

Bonne fête également à toutes les Mamans !!

Valérie

Et notre cadeau est fini !!

Il nous aura fallu un peu de temps, mais nous sommes venues à bout de ce petit sac !

C’est un sac réalisé à 6 mains… Nous avons dû bien nous coordonner !!

Tout notre matériel (laine, tissu et lanières) vient de chez Veritas.

Camille et Valérie ont tricoté chacune un côté du sac, en point de riz (aiguilles n°5).

Ce point a un beau rendu et de la tenue !

P1070015

Eva s’est occupée du côté couture !

Le tissu forme un rectangle adapté à la taille du sac en laine. Il a fallu le faire plus long afin de faire un ourlet qui permettait de fermer le sac.

P1070018

La petite astuce pour que ce soit plus joli : intégrer les lanières dans la construction afin de ne pas voir la fixation quand le sac est fini. Pour cela, il fallait faire deux rectangles, un grand pour le sac et un plus petit qui servirait pour l’ourlet, et glisser les lanières dans la couture pour que ce soit invisible.

Il ne restait alors plus qu’à fixer la partie tissu avec la partie laine grâce à l’ourlet !!

Et voilà le résultat !

P1070019

On a du mal à s’en séparer… On espère qu’il te plaira, Aude !

On en refera d’autres !! C’était très chouette à réaliser, et nous aimons le résultat !

Bon tricot, bonne couture,

Les Filles du 7e.

 

Et le gagnant est …

… Une gagnante !

Il s’agit de Aude L. qui remporte le concours dont le prix est un sac extérieur tricot et intérieur tissu.Nous sommes en train de le confectionner :

Image

Nous espérons que les couleurs te plairont !

Peux-tu nous envoyer ton adresse postale au mail suivant : lesfillesdu7e@gmail.com

A très vite pour la photo finale !

Camille, Eva et Valérie.

Bon anniversaire !

Aujourd’hui, c’est les 1 an des Filles du 7e !

Un grand merci de nous avoir suivies jusqu’ici !

Et pour l’occasion, nous organisons un petit concours !

La question est très simple :

Concours_blogAvec de la laine, du tissu, nous allons confectionner un joli lot.

Pouvez-vous deviner quel sera le cadeau que l’un(e) d’entre vous gagnera ?

Vous avez jusque dimanche pour répondre :)

Parmi les bonnes réponses, nous ferons un tirage au sort.

Ci-dessous, un rapide aperçu de toutes nos créations de 2013 !

Blogs

Des réserves pour l’hiver

Je regardais rêveusement les tissus Sew-be-do de Veritas depuis un moment… Ces tissus donnent envie de coudre même si on ne sait pas coudre !! J’ai donc décidé de me lancer !

Tricot Lali 001

Oh, rien d’extraordinaire : j’ai commencé par des petits coussins de lavande pour parfumer nos armoires cet hiver.

Lavande 002

C’était un travail de famille !! Nous avons d’abord taillé les lavandes et surtout récolté tous ensemble les fleurs séchées. J’ai ensuite réalisé des petits coussins – je voulais changer des sachets classiques – sur base de ce tuto.

Lavande 001

Ceux qui me connaissent savent que les machines, ce n’est pas mon fort… David m’a donc montré comment fonctionne ma machine à coudre. Et Sarah et Léa m’ont aidée à remplir les coussins !

Tricot Lali 004

Tricot Lali 002

J’aime beaucoup le résultat et je suis prête à essayer autre chose…

A bientôt donc,

Valérie

Les coccinelles de Camille

Lors d’une de nos virées shopping, Camille était à la recherche d’une petite pochette pour son sac à main, elle avait craqué pour plein de petites choses, mais, grosse maline que je peux être , je lui avais dit « Je peux te la faire si tu veux ! »….

Et me voilà parti dans une galère sans nom…

Nous avons tout acheté chez Véritas :

– tissu à coccinelles

– passepoil

– fermeture éclair

Pour la doublure, un restant de beige était idéal.

ImageLa première étape fût de couper le tissu à la bonne taille. Je me suis servie d’une forme en carton pour arrêter de reproduire à la règle. (Je me suis déjà trompée plusieurs fois de quelques millimètres, et je préfère pour les petits modèles faire des patrons en « dur »). Pour une découpe propre et précise, j’utilise toujours mon cutter rotatif, c’est très pratique !
J’ai fait 4 pièces : 2 dans le tissu extérieur et 2 dans la doublure.

La deuxième étape, j’ai cousu en une fois : 1 doublure et 1 tissu sur chaque pan de la fermeture éclair.

ImageLe pied de biche pour fermeture éclair est obligatoire ! Il est facile d’utilisation. La couture est sur l’envers comme cela elle ne se voit pas. J’ai ajouté une couture sur l’extérieur pour bien écarter le tissu de la zipette et faire une jolie ligne.

MATOS 1

Pour la troisième étape, la fixation du passepoil tout autour de la pochette, j’ai d’abord cousu le tour de la doublure, je l’ai fermé à l’intérieur en quelque sorte. Puis j’ai fixé au bâtit l’extérieur sur la doublure comme ceci :

COTE 1

Ensuite, j’ai posé le passepoil, puis recouvert par l’autre tissu, toujours au bâtit !

passepoilPour garder les tissus tendus, afin de ne pas avoir de surprise au moment de l’ouverture de la zipette, j’ai gardé fixé les tissus en place au niveau de la fermeture éclair pour éviter les plis grâce à de petites pinces :

fixation passepoil

Une fois tout cela bien fixé, il ne restait plus qu’à ajouter les petits renforts sur les côtés : des petites pièces que j’ai faites pour renforcer les extrémités de la fermeture éclair. J’ai souvent eu dans des vêtements achetés, des coutures qui lâchaient sur ces extrémités. Je veux éviter cela, grâce à ces pièces.

Piece cote

J’ai tout cousu en une seule couture qui fait tout le tour pour un résultat final net et propre.

C’était simple, jusqu’au moment où j’ai fixé les tissus sur la fermeture éclair, c’est là qu’est apparue la vrai difficulté. Je n’arrivais pas à comprendre comment fermer cette pochette sans passer par un couture extérieur. J’ai préféré continuer sur cette lancée, mais je sais que la prochaine fois, je réfléchirai mieux à cette construction et pourrais faire cette même pochette sans couture apparente.

Detail fini

Malgré le temps que j’ai mis à la faire, Camille est contente et une petite pochette unique !

Elle peut y ranger tous les accessoires dont elle avait besoin !

FINI

Allez, j’y retourne !

Bonne couture !

Eva

C’est la rentrée !

Pour soutenir toutes les mamans qui ont passé une semaine difficile, voici un joli petit haut plein de gaieté !

Je me rue sur les petits patrons de Deer and Doe ! Les tailles sont parfaitement ajustées.

Patron L’amie Ryun de Marcel et Olaf m’a offert un restant de tissu de Petit Pan qu’elle avait utilisé pour faire des coussins.

Un tissu de tapisserie me direz vous !

TissuMais pas du tout, une petite merveille sur fond blanc : de jolies petites fleurs rose fluo et orange accompagnées de feuilles bleu canard.

Pour le modèle Datura, c’était parfait !

Il ne restait plus qu’à trouver le bon tissu complémentaire.

Pour l’accompagner, j’ai choisi un tissu trouvé chez Promod stock à Roubaix. (Le pays des soldes !). La dominante de ce top serait le blanc, rien de mieux pour faire ressortir le bronzage de l’été !

 

Le matériel nécessaire :

–       Le tissu Petit Pan

–       Le Tissu Blanc de Promod

 

Pour ajouter un peu de fantaisie :

–       Un biais Petit Pan (comme le tissu) : entoure l’encolure et le bas du Top

–       Un passepoil bleu canard : délimite nettement les parties haute et basse de la Datura.

–       3 boutons bleu canard pour le dos

Devant_Details Le tissu blanc était transparent, du coup je l’ai doublé sur l’ensemble des pièces à part le Dos bas.

 

Découpe du patron faite, coupe du tissu effectué, surfilage réalisé, ne restait plus qu’à assembler et coudre !!

Devant_carte J’ai utilisé pour la première fois mes supers ciseaux cranteurs !! J’ai pu faire de jolis arrondis : les crans permettent d’alléger les coutures que l’on retrouve entre les épaisseurs (tissus et doublures)

 

La construction était très simple grâce aux explications. Il n’y a que 7 morceaux de tissus, on ne risque pas de se perdre !

 

On commence par le haut qui comporte les bretelles : (4 morceaux doublures comprise)

La grosse difficulté pour moi fut l’assemblage des bretelles du devant et du dos. Là, plus personne… Le Blackout complet…

J’ai mis un temps fou à comprendre comment il fallait procéder.

D’ailleurs, je ne suis toujours pas sûre d’avoir compris.

J’ai donc fait un peu à ma sauce, car vraiment, j’ai eu un blocage sur les explications. Même le dessin  ne m’a pas aidé…

Ensuite, j’ai placé le petit passepoil pour créer une démarcation net dans le dos.

Pose-BiaisSur le devant, cette ligne bleu canard apporte une touche de couleur et souligne la ligne haute des seins.  Elle délimite la partie haute de ce joli top.

 

Il fallait ensuite assembler le haut et le bas. J’ai pris le parti de fermer le dos, les boutons sont là pour faire joli, il n’y a pas de boutonnière.

J’ai mis les boutons sur l’arrière et cousu le biais sur l’ensemble du bas de la Datura.

Boutons

Fini !

 

Ce qui est agréable avec ce patron, c’est qu’il y a plusieurs possibilités de découpe.

J’ai choisi la forme arrondie, mais l’on peut très bien réaliser une forme de son choix : court devant, long derrière, inversé, faire une répartition égale…

Le col peu également (vous le trouverez dans le patron) être type Claudine, ou encore en dents de scie. Le mien est rond dans ajout de col.

Dos_Carte

Laissez faire l’imagination !

 

Allez, j’y retourne !

Bonne couture !

 

Eva

 

 

 

La première et pas la dernière !!

Quand mariage il y a, robe il faut…

Donc pour le mariage de Des Brides et… je me suis lancée ! Et oui, c’est la première chose que j’ai faite pour moi, rien que pour moi.J’aurai mis du temps à passer le cap, mais ça y est, je l’ai fait !

J’avais vraiment peur de créer pour moi. J’ai commencé par les sacs qui sont les plus faciles pour la plupart. Puis les vêtements pour bébé étaient l’étape 2 et maintenant il va bien falloir se lancer et faire des choses pour les « Grands ».

EntièreDu coup, pour cette première, j’ai choisi un modèle classique, dit de niveau débutant, mais qui avait sa pointe d’originalité : un magnifique dos !!

Il s’agit de la Robe Belladone de Deer&Doe.

Pour le tissu, je suis allée au kaléïdoscope, comme d’hab me diraient certaines…

J’ai pris le parti de faire ce modèle avec 2 tissus différents, et des ornements voyants :

Dos détail

– Pour le haut, le dos bas et la jupe c’est une toile de coton assez légère bleu/vert. (Par contre, il froisse facilement… Une heure de voiture aura eu raison de la dizaine de minutes de repassage… Je suis arrivée toute plissée)

– Pour le dos Haut, les poches et la ceinture, c’est un joli Liberty à fleurs avec un rappel du bleu/vert dans les pétales.

– Pour le biais, un crème clair qui est en accord avec le fond du Liberty.

– Pour la fermeture éclair, je suis allée chez Véritas à Louise. Je l’ai prise beige en accord avec le Liberty également.

Copie, pose et découpe du patron et du tissu étaient très simple. J’ai juste rallongé la jupe car je ne suis pas fan de mes jambes, donc je les cache un peu plus.Patron

Après avoir tout surfilé, le montage s’est effectué sans accro. Juste les poches, comme c’était mon premier modèle « à suivre », je n’étais pas en totale confiance avec ce qui était écrit. J’ai donc tout bâti à la main avant de coudre…

PocheJe l’ai même essayée avant de la coudre, car j’avais peur d’avoir loupé une instruction ou une information importante. Et en fait, tout était OK.

J’ai donc tout cousu, sans aucune angoisse.

Une fois fini, vers 14h30, soit une heure avant le départ pour le mariage, je me suis rendu compte qu’elle était trop longue et que toute cette masse bleu/vert de tissu uni ne rendait rien, mais alors rien du tout…

DSC_5449

Du coup, j’ai coupé dans la masse, avec mes gros ciseaux, je me suis attaquée à cette jolie robe qui n’avait rien demandé !

J’ai fini cette robe environ 15 minutes avant de partir pour le mariage, j’ai même pas pris le temps de poser les pièces « parmentière » de la robe (le bas de la jupe), j’ai mis du biais à la place. Faut dire que comme je l’avais découpé au dernier moment, le biais cachait bien la misère de mon tissu non surfilé…

Au final, cette robe est très jolie, mais avec les tissus que j’ai choisis je ne trouve pas trop d’occasion de la mettre. Je vais sans doute la raccourcir pour en faire une tunique à porter avec un jean.

Dos entierIl faut également que je fasse des progrès pour les finitions, et que j’arrête de faire des choses la veille pour le lendemain !

Quant au modèle, je vais le refaire d’ici peu car j’ai eu des idées de modifications à apporter au patron, et puis je progresse doucement mais sûrement ! Mais je vous montrerai cela dans un prochain post…

Bonne couture !

Eva

J’éponge, tu éponges, elle éponge….

Un nouveau né dans une famille, ça se fête ! Pour célébrer l’arrivée de la petite Lucie, rien de mieux qu’un joli petit peignoir pour qu’elle n’attrape pas froid…

J’ai beaucoup navigué avant de trouver un modèle qui me plaisait. Et puis, je suis tombée sur une explication de kimono que j’ai testé avec un simple coton pour la Marilou de Marcel.et.Olaf, et cela rendait plutôt bien. (Bon, j’ai fait une taille beaucoup trop grande pour Marilou donc vous ne verrez rien pour l’instant ! ) Du coup, pour la petite Lucie, j’ai repris ce même modèle, mais je l’ai doublé avec un intérieur en éponge.

kimono de LucieJ’ai acheté le tissu à la Maison Dorée et au Kaléïdoscope. Il faut du biais afin de réaliser toutes les finitions et les petits lacets qui permettent la fermeture du kimono. (promis, dans un prochain post, je vous dévoile comment on fait du biais !)

L’éponge est une matière très agréable à travailler, seulement il faut bien la surfiler car elle a tendance à laisser des peluches partout !! Il faut aussi prendre en compte son élasticité qui offre parfois des surprises…

J’ai donc réalisé 2 kimonos de la même taille : un en coton et un en éponge. Pour celui en éponge, j’ai pensé à le faire un peu plus long sauf au niveau des manche, comme cela, je pouvais réaliser un ourlet sur le bas du kimono pour fixer l’ensemble. Une fois chaque pièce réalisée, il ne reste plus qu’à glisser l’éponge dans le coton. Pour fixer les deux ensemble : en bas il y avait l’ourlet et pour le col et les manches, il y avait le biais.

P1050608Il a vraiment un super rendu, et on a envie de se lover à l’intérieur. (Je réfléchis à une adaptation pour adulte…)

Attaches du peignoirComme il me restait de l’éponge, j’ai également fait une grande serviette pour Lucie, celle pour les bébés, avec une capuche. Le modèle est très simple, il s’agit d’un carré d’éponge au coin arrondi avec dans un des angles, un triangle d’éponge qui permet de faire une capuche.

Serviette et PeignoirPour les angles arrondis, j’ai utilisé un bol que j’ai placé aux 4 coins du carré de tissu. Puis j’ai découpé grâce à un outil magique : le cutter circulaire ! J’ai obtenu des angles ronds identiques et parfaitement nets.

P1050614J’ai doublé la capuche avec le même tissu que le kimono pour que cela créé un ensemble de bain. Une fois la capuche fixée, je me suis attaquée au tour en biais…. Autant vous dire que poser autant de biais en une fois, c’est pas simple… ça dépasse de partout, j’ai mis un temps fou à tout positionner correctement !

J’ai appris la technique du biais invisible qu’après… Dommage, elle m’aurait été utile !

ServietteBref, une fois fini, je me suis amusé à construire une petite housse pour ces accessoires de bain. J’ai travaillé avec de la toile cirée. Magique ce tissu !! Pas besoin de surfiler !!

Il faut savoir qu’en général, le surfilage, c’est l’homme de la maison qui le réalise quand il est disponible. C’est la seule chose qu’il est autorisé à faire avec ma machine… J’ai tellement horreur de surfiler que ça m’arrange !

J’ai fait un simple cube que l’on ferme avec un petit ruban.

Emballé...Petite chose à savoir sur la toile cirée : ça colle… Le côté plastifié colle à la machine et parfois les griffes ne suffisent pas à le faire avancer. Du coup, j’utilise du papier de soie (celui que tous les magasins utilisent pour protéger les vêtements, la vaisselle, …) On coud les pièces avec ce papier, et il suffit de le déchirer une fois le travail fini ! Astucieux, non ?

le petit caeau de LucieEt voilà le travail ! Dit comme cela, on dirait que je l’ai fait en dix minutes, mais ça m’a tout de même pris du temps, il fallait que les tailles soient vraiment identiques et que le biais fixe bien l’ensemble et j’ai tout bâti avant de coudre.

Mais je dois dire que je suis assez fière du rendu et que j’ai très envie de retravailler l’éponge, surtout qui m’en reste un bout !!

Bonne couture,

Eva

Une partie d’awalé

L’awalé est un jeu africain : il se joue avec un plateau de 12 trous et 2 réserves ainsi qu’avec des graines en guise de pions. Le plateau de jeu est formé par deux bûches creusées qui se ferment grâce à des charnières.

Celui que je possède ne se ferme pas, occasion toute trouvée de faire une pochette !

IMG_0516

De plus, quand nous avons acheté ce jeu, des billes en verre se trouvaient à la place des graines, autant vous dire que dès que j’ai eu l’occasion de les remplacer, je l’ai saisie ! J’ai donc pris 48 petits cailloux sur la plage du coin.

Pour le matos, il fallait un tissu assez long pour recouvrir le plateau de l’awalé (le dessus et le dessous) et créer un petit rabat afin de fermer le sac avec un bouton.

J’avais également l’intention de faire une petite pochette pour ranger les cailloux. Cette pochette est fermée grâce à du scratch.

Après avoir surfilé toutes les pièces, on peut commencer à bâtir puis à coudre.

Il faut faire un ourlet à chaque extrémité de la bande. Une fois cela fait, il faut plier la bande en deux dans la largeur en laissant un côté non recouvert afin de créer le rabat. (Pour savoir où plier votre tissu, il suffit de poser dessus le plateau de jeu. Le fond de votre sac correspond à une extrémité de l’awalé. Pour le rabat, à vous de voir quelle longueur vous désirez !)

Coudre de chaque côté jusqu’au début du rabat.

IMG_0520

Là fut mon erreur, j’avais oublié que les côtés de mon rabat devait tous être ourlés, j’ai donc triché un peu et fait mes ourlets sur les rabat après la couture des côtés.

Ce n’est pas grave, c’est juste moins simple…

Pour le bouton, j’avais récupéré des perles d’un collier que je n’ai jamais mis. Elles sont très plates et assez grandes il m’était donc impossible de créer une boutonnière avec ma machine à coudre…

Ma mère m’a alors dit :

«  Tu n’as qu’à faire une bride qui permettra de fermer ta pochette ! Fixes ton IMG_0515bouton à l’endroit désiré avec l’aide de fil à broder. Puis glisses dans l’ourlet du rabat un fil à broder qui fera le tour de ton bouton et qui retournera dans ton ourlet. Les nœuds de départ et de fin seront donc invisibles puisque cachés dans l’ourlet. Ensuite, il faut que tu travailles un peu cette bride pour la renforcer. Fais donc des nœuds tout autour de la bride comme un bracelet brésilien à 2 fils, et tu obtiendras une jolie bride pour fermer ton rabat ! »

Et voilà le résultat !

Awale 1

Pour le petit sac à cailloux, c’était simple.

IMG_0519J’ai pris le même tissu que la pochette du jeu ainsi que du scratch bleu.

J’ai surfilé ma pièce puis fait des ourlets à chaque extrémité.
Ensuite, j’ai fixé le scratch et j’ai cousu sur l’envers les deux côtés de la pièce.

Ça vous plaît ?

IMG_0517

On fait une partie ?

 

 

 

 

Eva

Quand faut se lancer, faut se lancer !

Pourquoi Les Filles du 7e ?

Les Filles, parce que c’est vrai et du 7e parce qu’on est toutes au 7e étage… Simple, non ?

L’idée du blog, on la doit à nos copines qui ont déjà fait un grand pas dans la blogosphère… Et elles nous montrent tout ce qu’elles font de leurs 10 doigts, et nous disent toujours : « T’en es où ? Non, mais fais-toi un blog, comme ça je pourrai voir où tu en es ! »
Seulement, on ne se sentait pas de gérer un blog chacune de notre côté. D’où l’idée d’une communauté !

Brièvement, nous sommes 3 nénettes, âgées de quelques années comme vous…

Il y a Camille, la plus jeune de toutes, qui tricote et qui crochète.
Il y a Valérie, la plus fourbe de toutes, qui tricote.
Et il y a Eva, la plus grande de toutes, qui coud.

Voilà Les Filles du 7e : du Homemade version laine et tissus !

On espère vous faire sourire et découvrir toutes les jolies choses que peuvent réaliser nos 30 doigts et nos 3 têtes !

Bonne découverte !

Camille, Eva et Valérie
Les Filles du 7e