Le Poncho de plage

La couture est une histoire d’envie et de famille.

Et quand l’homme a une idée, il est parfois difficile de lui enlever de la tête.

Et quand il s’agit de kitesurf, c’est encore plus dur.

Monsieur rêvait d’un poncho qui lui permettrait de se changer au chaud et de se sécher en même temps.

Image

Je suis donc retournée à l’éponge !

J’ai choisi un joli chocolat, et monsieur avait envie d’un biais orange.

Restait plus qu’à faire un peu de couture !

Le modèle est donc tiré du site My Poncho.

Il m’aura fallu du temps pour m’y mettre, mais c’est fait ! Le modèle est hyper simple à concevoir. Il s’agit de 2 carrés pour le devant et le dos, de 2 rectangles pour les bras et d’un rectangle pour la capuche.

3 mètres de couture et 1,5 mètre de biais plus tard l’homme a pu l’essayer !

Image

Mais, car cela aurait été trop beau sans mais…

Il n’est pas assez large pour permettre au kitesurfeur de se changer sous le poncho…

Et là, bah après toute cette couture… j’ai pas envie de tout défaire pour tout refaire…

Mais (deuxième mais très important), l’homme a décidé que ce poncho devenait le sien, et qu’il allait faire en sorte de le transformer !

Image

Je suis rentrée chez mes parents un week-end et en revenant le dimanche soir, l’homme avait transformé son poncho en une chose incroyable !

Image

Un poncho écureuil volant !

Image

Il avait ajouté astucieusement des fermetures éclair d’un mètre de long sous les bras. Et quand on les ouvrait, cela faisait apparaître un losange en éponge ce qui agrandissait le poncho et lui permettait de se changer à l’intérieur sans être étriqué.

Il aura fallu nos deux têtes et nos 4 bras pour arriver à ce poncho de plage !

Image

Maintenant reste plus qu’à kiter !

6313_466729913417445_418215599_n

 

Bonne couture !

Eva et l’homme !

Publicités

Les coccinelles de Camille

Lors d’une de nos virées shopping, Camille était à la recherche d’une petite pochette pour son sac à main, elle avait craqué pour plein de petites choses, mais, grosse maline que je peux être , je lui avais dit « Je peux te la faire si tu veux ! »….

Et me voilà parti dans une galère sans nom…

Nous avons tout acheté chez Véritas :

– tissu à coccinelles

– passepoil

– fermeture éclair

Pour la doublure, un restant de beige était idéal.

ImageLa première étape fût de couper le tissu à la bonne taille. Je me suis servie d’une forme en carton pour arrêter de reproduire à la règle. (Je me suis déjà trompée plusieurs fois de quelques millimètres, et je préfère pour les petits modèles faire des patrons en « dur »). Pour une découpe propre et précise, j’utilise toujours mon cutter rotatif, c’est très pratique !
J’ai fait 4 pièces : 2 dans le tissu extérieur et 2 dans la doublure.

La deuxième étape, j’ai cousu en une fois : 1 doublure et 1 tissu sur chaque pan de la fermeture éclair.

ImageLe pied de biche pour fermeture éclair est obligatoire ! Il est facile d’utilisation. La couture est sur l’envers comme cela elle ne se voit pas. J’ai ajouté une couture sur l’extérieur pour bien écarter le tissu de la zipette et faire une jolie ligne.

MATOS 1

Pour la troisième étape, la fixation du passepoil tout autour de la pochette, j’ai d’abord cousu le tour de la doublure, je l’ai fermé à l’intérieur en quelque sorte. Puis j’ai fixé au bâtit l’extérieur sur la doublure comme ceci :

COTE 1

Ensuite, j’ai posé le passepoil, puis recouvert par l’autre tissu, toujours au bâtit !

passepoilPour garder les tissus tendus, afin de ne pas avoir de surprise au moment de l’ouverture de la zipette, j’ai gardé fixé les tissus en place au niveau de la fermeture éclair pour éviter les plis grâce à de petites pinces :

fixation passepoil

Une fois tout cela bien fixé, il ne restait plus qu’à ajouter les petits renforts sur les côtés : des petites pièces que j’ai faites pour renforcer les extrémités de la fermeture éclair. J’ai souvent eu dans des vêtements achetés, des coutures qui lâchaient sur ces extrémités. Je veux éviter cela, grâce à ces pièces.

Piece cote

J’ai tout cousu en une seule couture qui fait tout le tour pour un résultat final net et propre.

C’était simple, jusqu’au moment où j’ai fixé les tissus sur la fermeture éclair, c’est là qu’est apparue la vrai difficulté. Je n’arrivais pas à comprendre comment fermer cette pochette sans passer par un couture extérieur. J’ai préféré continuer sur cette lancée, mais je sais que la prochaine fois, je réfléchirai mieux à cette construction et pourrais faire cette même pochette sans couture apparente.

Detail fini

Malgré le temps que j’ai mis à la faire, Camille est contente et une petite pochette unique !

Elle peut y ranger tous les accessoires dont elle avait besoin !

FINI

Allez, j’y retourne !

Bonne couture !

Eva